Accueil Précocité
Précocité PDF Imprimer E-mail

          Notre travail de soutien scolaire et de cours particuliers nous a amené fréquemment à aider des enfants et des adolescents dits " précoces ".

           La précocité intellectuelle d’un enfant peut en effet être un frein aux apprentissages scolaires. Longtemps, les signes de la précocité (dyslexie, trouble de l’attention) peuvent passer inapperçus car l’enfant va compenser ses difficultés par son intelligence, jusqu’au moment où cet " équilibre " n’est plus possible et où l’intelligence intuitive de l’enfant ne lui suffit plus.  

          Derrière le terme de précocité, se cachent plusieurs paramètres : psychologique, cognitif, relationnel, familial, qui rendent le travail avec un enfant ou un adolescent diagnostiqué comme tel très spécifique.

          Notre groupement prend donc le soin de préparer ses interventions avec ces élèves. La consultation d’ouvrages spécialisés sur le sujet complètent cette préparation.

 

Entre autres problématiques (difficultés scolaires variées, handicap, dys…),  auxquelles nous, enseignants, pouvons être confrontés, la précocité intellectuelle chez l’enfant ou l’adolescent est largement méconnue. Quels en sont les signes ou symptômes, comment la prendre en compte et éventuellement POURQUOI. Telles sont quelques unes des questions qui m’ont poussé à vous proposer ce bref exposé, cette entrée en matière, qui permettra à ceux et celles que le sujet intéresse de trouver des pistes d’informations à creuser par eux même.

Je crois que, dans notre pratique professionnelle , les élèves et leurs familles sont en attente légitime de réponses et c’est à nous de savoir les orienter. D’où la nécessité d’avoir un minimum d’informations sur le sujet.

 

 

Surdoués, hauts potentiels intellectuels (HPI), enfant intellectuellement précoces (EIP), … on pourrait presque recencer autant d’appellations différentes qu’il existe de préjugés et idées reçues sur le sujet.

Laissons donc là nos propres idées reçues en la matière et explorons un peu la réalité de la situation à la lumière des nombreuses recherches et études menées sur le sujet, notamment aux Etats-Unis, ainsi qu’en France depuis une trentaine d’années et relayées par des associations telles que l’ANPEIP ou l’AFEP auprès du grand public.

 

 Tout d’abord, l’on pourrait penser que celà ne concerne qu’une infime minorité des enfants. Faux. Ils représentent 5% d’une classe d’âge, soit un enfant par classe en moyenne.

D’autre part, la précocité  intellectuelle n’est pas synonyme de réussite scolaire et à fortiori professionnelle. Le « Ils s’en sortiront toujours ! » ne tient pas quand on sait que 2/3 des enfants diagnostiqués ont des difficultés scolaires et personnelles et que, parmi ceux-ci, 70% n’auront pas leur bac.

De plus, la précocité est souvent vécue de façon traumatique par ces enfants avec pour conséquences :

-      agitation,

-      repli sur soi,

-      manque de confiance,

-      dévalorisation « je suis nul »,

-      dépression,

-      rejet du système scolaire,

-      conflit avec la famille.

-     

 

La précocité peut être détectée. Des tests existent. Réalisés par des professionnels, le plus souvent psychologues de formation, ceux-ci ont pour mérite d’appréhender l’enfant dans sa globalité. Des pistes de compréhension de son fonctionnement sont avancées, générant chez l’enfant et ses proches un soulagement, une déculpabilisation, une meilleure image de soi et des autres…Encore peu d’enfants se les voient proposés et souvent tardivement dans leur parcours scolaire, par manque d’information des enseignants.

 

Cette problématique de l’enfant précoce en le milieu scolaire nous amène à réfléchir à la prise en compte de toutes les particularités (dyslexie, …).

 

 

En conclusion, je dirais que ces enfants ont besoin, comme tous les autres, d’acquérir des connaissances nouvelles pour s’épanouir. C’est le moins que l’on puisse demander à l’Ecole que d’appliquer le droit de chaque enfant d’apprendre et de progresser. Des directives ouvrant la voie à des ajustements des rythmes et des contenus scolaires existent mais leur application est freinée par des résistances idéologiques ou pédagogiques.

 

Des liens pour aller plus loin :

http://www.anpeip.org/

http://www.afep.asso.fr/
 

http://h3b.fr/index.php?category/Scolarit%C3%A9 :

Blog d'un psychologue du réseau.

http://www.ae-hpi.org/PDF/ENSEIGNER.pdf

seul livre qui donne des pistes concrètes pour les instits

http://jean-francois.laurent.over-blog.com/pages/Des_extraits_de_Be_APIE_livre_sur_la_precocite_ecrit_par_JeanFrancois_LAURENT-1494760.html

livre avec témoignages

quelques ouvrages :

* Be A.P.I.E., de Jean-François LAURENT

    > présentation générale + qq exemples très concrets
 
* Be A.P.I.E. Junior, de Jean-François LAURENT
    > correspondances entre deux enfants APIE ; on peut le donner à lire à des enfants à partir de 9-10 ans
 
* L'enfant surdoué.
    L'aider à grandir.
    L'aider à réussir.
de Jeanne SIAUD-FACHIN, éditions Odile Jacob
    > livre de base souvent conseillé aux parents d'enfants précoces, très bien pour les enseignants aussi ! Excellente présentation des "symptômes", du comportement de l'enfant, ainsi que des tests actuels.
 
 
Bannière
entreprise Multiservices
Bannière
Bienvenue à la crêperie Steredenn ! Isabelle et Jean-Christophe sont heureux de vous accueillir à leur table à St Thégonnec...
Bannière
Bannière